Marie Guilhot peint avec le talent qu’on lui connaît, la danse des sentiments et du désir, éclaboussant la toile de rouges profonds, de Terre de Sienne, plaquant des bleus glacés ; cette puissance de couleurs, cette puissance du coup de pinceau, s’enlacent à la grâce des mouvements de ses personnages. j’admire ce couple aérien, danseurs élégants ; point de traits sur leurs visages et pourtant, ils semblent heureux comme le montre l’ampleur de leur chorégraphie. Sont-ils sur une scène ou dans la nature ? » Philippe langlet écrivain dramaturge »